Atelier de formation des femmes leaders politiques, à Tahoua

Au titre du projet d’appui à la massification politique des femmes en préparation des échéances électorales de 2021, l’ONG FAD a réalisé une mission dans la région de Tahoua courant le mois d’aout 2019 pour y mener trois activités à savoir un atelier de formation des femmes politiques des régions de Maradi, Agadez et Tahoua, une caravane de sensibilisation, d’incitation et de mobilisation au profit des femmes et jeunes et un focus groupe avec les autorités locales et les femmes leaders de Tahoua.

  • L’atelier de formation des femmes politiques
    L’atelier de formation des femmes politiques s’est déroulé du 19 au 21 aout 2019 et a porté sur deux thématiques, une première sur la communication politique (A) et une deuxième sur le leadership féminin (B).
    Communication politique
    En date du lundi 19 août 2019, s’est tenue à Tahoua, la première journée de l’atelier de formation au profit des potentielles candidates aux prochaines échéances électorales. La formation a regroupé une vingtaine de femmes issues de plusieurs partis politiques (akal-kassa, kishin-kassa, MNSD, Bassira, Lumana) venues d’Agadez, Maradi et Tahoua, des représentantes du COFEMEP (comité de femmes mentors en politique) venues de Niamey et Tillabéry, un consultant et l’équipe FAD.
    La formation débuta à 8h au sein de la salle de réunion de l’hôtel de ville de Tahoua. Le formateur commença par des questions de base telles que les types d’élections au Niger, les critères pour être candidat à chacune des élections, les critères du vote… le formateur aborda également la question du fichier biométrique, le casier judiciaire, ainsi que les textes à connaitre.
    A la suite de cela, le formateur a abordé la loi sur le quota. Apres avoir présenté la dite loi, les participantes ont été scindé en groupe de travaux afin de réfléchir sur la question de savoir : après avoir rempli les conditions d’éligibilité, que faut-il savoir sur sa circonscription électorale ?
    Apres une quinzaine de minute de réflexion sur la question, des tentatives de réponses ont pu être données par les participantes, il s’agit notamment de connaitre :
    Le nombre d’électeurs de sa circonscription ;
    Ses adversaires ;
    Les préoccupations de la population de la circonscription ;
    Les jeunes et les femmes de la circonscription ;
    Les autorités administratives et coutumières, etc.
    Un accent particulier a été mis sur les préoccupations de la population qui est un des éléments les plus importants à connaitre sur sa circonscription. Ce point a donné lieux à un travail de groupe, dont il ressort les préoccupations majeures suivantes : des problèmes d’ordre sanitaire, sécuritaire, éducatif, hydraulique, on note également très souvent le manque d’électricité, d’autonomisation, de nutrition, d’hygiène et d’assainissement. Au cours des échanges on accorda à chaque préoccupation citée un groupe de travail, ce qui a abouti à une analyse de circonscription.
    Ce travail d’analyse de la circonscription électorale ne pouvant se faire sans une bonne équipe de campagne, le formateur donna la consigne de ressortir la composition d’une bonne équipe de campagne ? il ressort de cela qu’une bonne équipe de campagne doit comporter : un communicateur, un sage, un directeur de campagne, un mobilisateur, des jeunes et des femmes leaders, un superviseur, etc.
    A l’issue de cela, des travaux de groupe ont été initiés sur des simulations de meeting ayant porté sur les préoccupations éventuelles des populations :

Groupe 1 : L’éducation
La représentante du groupe à commencer par se présenter avant de faire part de sa candidature. Ensuite elle est passée à une analyse des préoccupations de sa circonscription liée à l’éducation. Elle a enfin lancé son message ainsi que des pistes de solution.
Au cours des observations il lui a été reproché une mauvaise posture, un manque de sérieux, la non maitrise du langage, etc.
Groupe 2 : La santé
Apres une brève présentation de sa candidature, elle passa à une analyse des problèmes de sa circonscription liée à la santé dont notamment le manque de CSI, l’éloignement des hôpitaux, etc. Enfin elle annonça son message ainsi que des promesses en vue de palier a ces préoccupations.
Il lui a été reproché un manque de sérieux, la non conviction de son message, et la non présentation de sa personnalité.
Groupe 3 : L’eau
Apres s’être présenté et annoncer sa candidature, elle passe par une analyse des préoccupations de sa circonscription liée à l’eau dont notamment le manque de puits et forages, l’éloignement des points d’eaux, etc. Elle proposa ainsi des pistes de solution ainsi que son message.
Sa présentation a été appréciée correcte.
Groupe 4 : L’autonomisation
Comme celles qui l’ont précédée, elle s’est présentée et annoncer sa candidature. Elle passa ensuite à l’analyse des préoccupations de la circonscription liée à l’autonomisation. Enfin elle proposa des pistes de solution, son message et des promesses afin de venir à bout de ces préoccupations.
Les observations lui ont valu une large appréciation car étant candidate à l’élection locale passée, elle a su faire une bonne présentation avec une posture et un langage adapté. Mais il lui a été reproché d’éviter trop de promesses qui pour certaines sont difficiles à tenir.
A la fin de cet exercice de simulation, la formation a repris sur une petite réflexion de groupe axée sur les différentes formes de campagnes électorales. Il ressort de cette réflexion que les différentes formes de campagnes électorales sont : les meetings, les réunions, les animations, les causeries de groupe, les soirées culturelles, la distribution de gadget, les portes à portes, les campagnes en ligne, les débats médiatisés, la confection d’affiches, etc.
La première journée pris fin par des sages conseils du formateur, portés essentiellement sur les débats médiatisés, qui permettent la visibilité des candidates. Enfin le formateur a partagé des expériences vécues avec les participantes.
Le mardi 20 août 2019, a observé la deuxième journée de l’atelier, débuté, avec un léger retard, on demanda, aux participantes de remplir des fiches d’évaluation afin de voir les impacts de la formation. A la suite de cela ce fut aux rapporteurs de la journée précédente de présenter leur compte rendu.
Le formateur commença tout d’abord, par un bref rappel des éléments développés la veille, avant de passer au point du jour. Le premier point développer fut celui de la clé de la réussite, qui a été développé comme suit : être sociable, tolérant, savoir écouter pour être écouter, soutenir, etc. Le second point fut celui de quelques clés pour se faire des amis qui sont : s’intéresser aux autres, porter de l’attention aux autres, ne pas chercher à plaire sur du faux, vivre une vie passionnante, etc.
Aussi il était question de construire la personnalité du candidat, cela doit passer par des éléments comme : avoir confiance en soi pour avoir la confiance des autres, être convaincu pour convaincre, être respectueux pour être respecté, savoir prendre des décisions, etc.
Apres une pause-café de 30 minutes, le formateur continua sur les conseils du comportement que doit tenir un leader politique lors d’une campagne politique : éviter les gestes inutiles, maitriser la langue, mesurer ses mots, aborder les préoccupations de la circonscription, se mettre dans la peau de la population, sortir un langage sincère, avoir une tenue vestimentaire convenable. Etc. Ensuite, ce fut la phase des partages d’expériences, l’une des plus importantes fut celle d’une femme victime de ségrégation au sein de son parti politique car bien qu’ayant apporté un grand nombre d’électeur on lui a refusé le poste de conseiller de l’Hôtel de ville de Tahoua par manque de BEPC.
De retour de la pause, la formation continua sur un autre point dénommé : les réseaux sociaux et communication politique. Ce point a permis tout d’abord de faire le tour des réseaux sociaux les plus utilisés au Niger, et comment les utiliser. Il s’agit notamment de Whatsapp, Facebook, Twitter et instagram. Le formateur a expliqué les avantages et les inconvénients de ceux-ci et comme avantages : le faible cout, une plus grande couverture, la rapidité de l’information, la facilité d’accès, et l’accessibilité à tout moment de la journée ; comme inconvenants, l’on peut retenir, les fausses informations et piratage de comptes, les usurpations d’identités, les arnaques…
La fin de la deuxième journée a été marquée par le remplissage des fiches d’évaluation partagé par le formateur afin d’évaluer l’impact de ses modules.

Le leadership féminin
La troisième journée de l’atelier a été dédiée à la formation sur le leadership au profit des potentielles candidates en vue des prochaines échéances électorales.
Les rapporteurs de la journée précédente étant en retard, la formation débutât avec un petit exercice visant à renforcer les liens entre les personnes présentes. Cet exercice consiste à écrire sur un bout de papier une personnalité propre à nous que les autres ne connaissent pas.
Avant de poursuivre l’exercice, les rapporteurs étant arrivés, on leur accorda ainsi la parole pour faire le point de la journée précédente. Ceci étant fait, l’exercice repris.
A la suite de cela la formation sur le leadership commença, articulée autour de trois volets, la formatrice, commença tout d’abord par définir quelques notions clés telle que le leadership et le leader. Le leader doit réunir un certain nombre de critère, qui ont été développé interactivement avec les participantes.
Ce premier volet de la formation étant épuisé, un deuxième volet a été consacré au rôle et à l’efficacité des partis politiques. En vue de voir les contours de ce point, les groupes ont été reconstitués afin de réfléchir sur la question.
A tour de rôle chaque groupe par le biais de son rapporteur, a eu à présenter le fruit de sa réflexion. Au terme de la première question, qui est de connaitre le rôle d’un parti politique, il ressort ce qui suit : la conquête du pouvoir, apporter un changement positif, prôner la démocratie, la formation civique et politique, veiller au respect des textes.
Ensuite, ce qui concerne la deuxième question, qui est de connaitre les obstacles majeurs à la cohésion des parties politiques, il résulte : l’égoïsme des leaders politiques, le partage injuste des postes, les militants influents qui cherche à imposer leur point de vue.
Enfin, s’agissant de la troisième question, qui est de savoir sur quel sujet les partis politiques au Niger peuvent se mettre d’accord, il ressort de cela des sujets comme : la forme républicaine de l’Etat, le maintien de la sécurité, le respect des normes, les principes de la démocratie, l’unité nationale, etc.
Apres des exercices récréatifs et instructifs, la formatrice entama le troisième et dernier volet de la formation, dénommée, les principes de la négociation ;
Le premier principe (la personne), consiste à traiter les questions de personne et le différend qui oppose les parties ;
Le deuxième principe (les intérêts), demande de se concentrer sur les intérêts en jeu et non sur les positions défendues par chaque partie (intérêt) ;
Le troisième principe (les solutions), imaginer, élaborer un regard éventail de solution avant de prendre une décision ;
Le quatrième principe est relatif au critère ;
le cinquième principe, concerne le repli au cas où. Elaborer avant la négociation sa meilleur solution de rechange au cas où.
À la suite de cela, les différentes étapes de la négociation ont été étudiées. Il s’agit tout d’abord d’identifier les intérêts, les options, les critères, les alternatives, la communication et enfin les scenarios.
Enfin ce fut question de comment conduire les négociations. Elle se fait en différentes étapes, en commençant par : définir les règles de jeu, clarifier, ouvrir un dialogue, séparer les questions de personne et de fond, suivre les étapes d’une démarches, etc.
Le remplissage des fiches d’évaluation et une photo de famille a clôturé les trois jours de formation.

la caravane de sensibilisation d’incitation et de mobilisation
En la date du 22 aout 2019, s’est tenue au sein du stade de la ville de Tahoua, une caravane de sensibilisation d’incitation et de mobilisation a l’endroit des femmes de la ville de Tahoua. Elle a regroupé plusieurs groupements de femme et de jeunes, militants de partis politiques.
Elle débuta à 10h avec l’arrivée et l’installation des invités. L’assistante de la coordinatrice Mlle Mariama Mamoudou Djibo, commença par présenter l’ONG FAD à travers ses objectifs et ses activités. A la suite de cela elle passa la parole à Mme Fatoumata Yacouba Sangaré qui est l’animatrice de la journée.
Elle commença par exposer le but de la présente rencontre, qui vise comme l’indique son nom à sensibiliser et inciter les femmes à se porter candidates aux prochaines échéances électorales. En effet les femmes sont à la traine dans les postes de prises de décisions. A cet effet elles ne peuvent changer la donne qu’en se portant candidate. Elle a profité pour les sensibiliser à s’unir pour pouvoir encourager l’accession des femmes aux postes de prise de décisions.
Cadre interactif, la parole fut donnée aux femmes présentes afin de lancer un vibrant appel à leur camarades femmes.
Les différentes intervenantes ont tenu a remercié l’ONG FAD et son partenaire, pour leur appui constant. Elles ont tenu à sensibiliser les autres femmes à se faire recenser pour pourvoir accéder au bureau de vote et rappeler à ceux qui n’ont pas de pièces d’état civil, de la tenue des audiences foraines instituées par l’Etat dans chaque région. Aussi, les femmes conseillères et celles qui ont eu à l’être, on tenu à partager leurs expériences avec les autres. Souhaiba une jeune militante de la région a tenu à interpeler les jeunes qui se laissent exploiter, en vendant leur électorat pour des miettes, « on peut tous être candidat » dixit Souhaiba. Un jeune militant de la région a tenu à exprimer sa gratitude à l’ONG FAD pour avoir éveillé l’esprit des femmes et des jeunes de la population de Tahoua.
Mlle Mariama a exprimé sa gratitude à l’endroit de tous ceux qui ont fait le déplacement. Une série d’animation de danses et de rire on ainsi mit fin à l’activité qui a été très bien accueilli par la population.

Le focus groupe
Le focus groupe organisé par l’ONG FAD avec le concours des autorités de la ville de Tahoua, s’est tenu au sein de l’hôtel de ville de Tahoua. L’activité a réuni le S.G de la ville de Tahoua, le représentant de la direction régionale de la promotion de la femme, celui du gouvernorat, des conseillers de la ville de Tahoua, des femmes leaders de la région la représentante de la COFEMEP et l’équipe de FAD.
Mlle Mariama Mamoudou Djibo exposa avant tout, les objectifs de la présente activité et la mission que s’est fixée l’ONG FAD à travers ce projet. A la suite de cela elle passa la parole au SG de la ville de Tahoua qui a réaffirmé l’engagement des autorités de la ville à soutenir la mise en œuvre du projet et à accompagner les femmes pour leur accession aux postes de prise de décisions.
En prenant la parole, Mme Sangaré représentante de la COFEMEP, a partagé les objectifs et le rôle du COFEMEP. Elle lança un plaidoyer auprès des autorités afin de les accompagner dans de leur mission, celle de promouvoir les femmes afin qu’elles soient politiquement autonomes. Au niveau des autorités comme dixit le S.G, il ne peuvent que leur faciliter l’organisation des séances de sensibilisation. Il a rappelé que c‘est à la femme de se battre pour pouvoir changer les choses.
Apres un témoignage de satisfaction des autorités et des participantes l’activité pris fin par une photo de famille.